Arvo Pärt

Après son service militaire au cours duquel il tient au sein de la fanfare la caisse claire, il entre au Conservatoire de Tallinn en 1958 où il étudie avec Heino Eller. Il trouve un emploi à la radio estonienne en tant qu'ingénieur du son, poste qu'il occupe de 1958 à 1967. En 1959, l'une de ses compositions écrite pour chœur d'enfants et orchestre (Notre jardin, 1959) le fait connaître dans toute l'URSS.

Au début des années 70, il s'initie à la composition sérielle, ce qui lui attire immédiatement d'importantes inimitiés, la musique sérielle étant considérée comme un avatar de la décadence bourgeoise occidentale. Toutes aussi menaçantes politiquement, ses compositions d'inspiration religieuse, ainsi que sa technique du collage un temps utilisée limitent considérablement le rayonnement de son œuvre.

À la fin des années 70, en proie à une grave crise créatrice, Arvo Pärt renonce au sérialisme et plus globalement à la composition elle-même, et ce durant plusieurs années, temps qu'il consacre à l'étude du plain-chant grégorien et à celle de compositeurs médiévaux (Josquin, Machaut et Ockeghem).

Sa transition stylistique est notable avec la composition en 1976 d'une pièce pour piano, Für Alina qui marque une rupture énorme avec ses premières œuvres et qui pose les jalons de son nouveau style, qualifié de « tintinnabuli ». L'auteur l'explique ainsi : « Je travaille avec très peu d'éléments - une ou deux voix seulement. Je construis à partir d'un matériau primitif - avec l'accord parfait, avec une tonalité spécifique. Les trois notes d'un accord parfait sont comme des cloches. C'est la raison pour laquelle je l'ai appelé tintinnabulation. »

 

  • billets/arvo_paert.txt
  • Dernière modification: 2019/02/15 05:04
  • par radeff