Le Conte d'hiver

contedhiver.jpg

Le roi de Sicile, Léontes, reçoit son ami d'enfance, Polixène, roi de Bohème. Comme celui-ci refuse de différer son départ, Léontes demande à son épouse, la reine Hermione, de le convaincre de rester. Celle-ci parvient à faire céder Polixène. Léontes en conçoit une jalousie féroce et se persuade qu'Hermione le trompe avec son meilleur ami. L'obstination aveugle du roi, qui distille seul le poison qui le gonfle, lui fera perdre tous ceux qu'il aime. Seize années vont passer...

Shakespeare a 48 ans. Il est au sommet de son art. En démiurge inspiré, il mène son histoire au gré de sa fantaisie. Use du deus ex-machina, dompte les ours, ressuscite les morts. Il se joue même des frontières, dessinant des côtes à la Bohème, réinventant la Sicile. Galvanisée par tant de fantaisie, la tragédie se métamorphose en comédie pastorale. Pièce improbable et spirituelle, Le Conte d'hiver se clôt sur le constat que « l'art est aussi vrai que la vie ». Frédéric Polier, qui fraie avec le barde depuis de nombreuses années, s'empare de la partition, en soigne la musique et la distribution, pour déployer avec flamboyance cette fable malicieuse et féérique.

Source: http://grutli.ch/Spectacles/view/94...

  • billets/le_conte_d_hiver.txt
  • Dernière modification: 2019/02/24 11:21
  • par radeff