Les chiens de Navarre: une raclette

chiens2navarre.jpg

Note Fred

Sacrés déjantés que ces "Chiens de Navarre", en tout cas dans leur perfo "Une raclette"

Au début, j'étais circonspect. Fort.

C'est quoi ces parigots branchés qui font de la provoque anti-Helvètes primaire et complètement débile? Après, cela ne s'est pas arrangé. Provos bobos, branchouilles simplistes... mais la graine est plantée et pousse rapidement. Le jeu et la mise en scène, excellente, y contribuent.

Le rythme. On est dans une vraie pièce punk aux riffs déglingués qui ne vous lâchent pas une seconde.

Puis, vers le milieu du spectacle, on a l'impression qu'on a survécu à des heures de perfo (alors que le tout dure un peu moins de deux heures), et on attend la suite. Pas une seconde de répit, la pression ne se relâche pas.

Y'a pas à dire, y'a encore des gens inventifs au théâtre.

Et surtout, ces chiens sont drôles.

Création collective Les Chiens de Navarre

Mise en scène Jean-Christophe Meurisse

avec Caroline Binder, Céline Fuhrer, Robert Hatisi, Manu Laskar, Thomas Scimeca, Anne-Elodie Sorlin, Maxence Tual et Jean-Luc Vincent

avec la participation de Antoine Blesson, Léa Couqueberg ou Claire Nollez

Une performance d’acteurs qui réinventent sans cesse leur jeu

Alors voilà, on prend la peine d’aller à une fête entre voisins, on fait les choses bien, tout le monde essaie d’être gentil et malgré tout, ça dérape. Ça part en cacahuètes. Petit à petit, ça tourne en eau de boudin jusqu’à révéler en chacun des choses surprenantes, et même des choses pas jolies jolies. On croyait venir à une simple raclette, histoire de faire connaissance, et on se retrouve à poil sur la table dans des positions, euh, comment dire ? Quant à la fin de soirée, n’en parlons pas. C’est pire que tout ce qu’on aurait pu imaginer. Ça n’attendra même pas le dessert pour partir complètement en vrille.

Création phare des Chiens de Navarre, Une raclette tourne depuis 2007 sans discontinuer. On y trouve déjà l’un des axes de travail que la troupe explore depuis dix ans: la mise au jour des peurs, des désirs ou des intolérances que chacun porte en soi, et qui menacent d’apparaître à la moindre occasion, même la plus anodine. Aussi sophistiqués soient-ils, nos masques sociaux peuvent s’effondrer en une seconde sous le coup de nos pulsions. Mais c’est aussi une performance d’acteurs énorme que la troupe nous propose. Les huit personnages ordinaires de ce dîner de tous les dangers sont aussi huit comédiens carnavalesques qui s’amusent à réinventer sans cesse leur jeu, et cherchent autant à surprendre l’autre, qu’à se surprendre eux-mêmes. Les âmes pudiques sont priées d’éviter les premiers rangs.

Source: TFM

  • billets/les_chiens_de_navarre_une_raclette.txt
  • Dernière modification: 2019/02/24 11:25
  • par radeff