Christopher Cook, Voleurs

voleurscc.jpg

Résumé (Rivages)

Eddie et Ray Bob roulent vers le sud, sans destination particulière. Deux potes qui se promènent tranquillement par une belle journée ? Pas vraiment. Quand Eddie veut acheter des cigarettes dans un drugstore, il dégaine son revolver. Tout droit sortis de l'univers des frères Coen, Eddie et Ray Bob vont accumuler les meurtres, ce qui ne les empêche pas de philosopher sur l'état du monde. Leur route va bientôt croiser celle de Della, une femme tout aussi redoutable qu'eux, dont l'apparition ne tarde pas à semer la zizanie entre les deux compères.

Premier roman de Christopher Cook, Voleurs est un vrai coup de poing, avec ses personnages inoubliables et son style incroyablement inventif. Cette farce sanglante et absurde est le reflet d'une certaine Amérique, celle qu'ont dépeinte Faulkner, Cormac McCarthy, ou encore, Harry Crews.

Christopher Cook est né au Texas dans une famille pauvre de la classe ouvrière et a été élevé au son enflammé des prêcheurs fondamentalistes. Il a fait ses études supérieures dans le Minnesota.

Note Fred

Et pan dans les dents... ça démarre un peu fort pour moi, mais assez vite on est plongé dans cette terrible histoire à la narration célinienne - Cook est soit très fâché avec la ponctuation, soit très innovateur, soit les deux à la fois. Et certains personnages (notamment l'assistant fondamentaliste du shérif) sont juste géniaux.

Du très bel art, merci à mon ami L. F. qui m'a prêté ce polar très atypique.

Extrait

« Merde, dit Eddie. Tu me rends complice de vol pour aussi peu ?

C’était pas du vol. On peut pas voler un mort.

Tu parles qu’on peut pas.

Non.

Mon cul que si, dit Eddie. Ils ont une loi pour tout ».

  • billets/christopher_cook_voleurs.txt
  • Dernière modification: 2019/02/14 17:03
  • par radeff