Cinéma: le navet en vogue

navet.jpg Ce matin tôt (ma douce ayant un rhume infernal rendant illusoire tout sommeil), j'ai été particulièrement frappé par les nouveautés cinématographiques commerciales.

Sur les flux RSS de allocine.fr ce matin, on a droit à une série de navets grave de grave:

cine201304.jpg

Entre Brick Mansions, film d'action futuriste où un policier expert en arts martiaux a pour mission de neutraliser une arme de destruction massive détenue par un gang en infiltrant ce dernier, qui règne en maître sur un ghetto de de Détroit en 2018 le dangereux ghetto de Brick Mansions (on sent le remake de New York 1991) et Maléfique (remake de Blanche-neige, toujours par Disney, mais cette fois avec Angelina Jolie dans le rôle de la mèchante marâtre, matiné à la sauce fantasy), il n'y a que l'embarras du choix ce matin.

OK, il faut mieux choisir ses sources. Le flux RRS cinéma de Libé est nettement plus éclectique:

cine201304libe.jpg

(cliquer pour agrandir)

Tiens, je me réjouis d'aller voir «Mille Soleils» de Mati Diop...

Ceci étant, ça ne vous frappe pas, vous, cette prolifération de mauvais films fantasy, qui s'entrelacent avec la mauvaise littérature correspondante?

Pour piquer le bon mot de notre fils hier soir: "c'est le grand retour de l'époque romaine".

082_barthes_001.jpg

Et bien sûr aussi de la frange romaine...

"Dans le Jules César de Mankiewicz, tous les personnages ont une frange de cheveux sur le front. Les uns l'ont frisée, d'autres filiforme, d'autres huppée, d'autres huilée, tous l'ont bien peignée, et les chauves ne sont pas admis, bien que l'Histoire romaine en ait fourni un bon nombre. (...)

Qu'est-ce donc qui est attaché à ces franges obstinées ? Tout simplement l'affiche de la Romanité. On voit donc opérer ici à découvert le ressort capital du spectacle, qui est le signe. La mèche frontale inonde d'évidence, nul ne peut douter d'être à Rome, autrefois. (...) Tout le monde est rassuré, installé dans la tranquille certitude d'un univers sans duplicité, où les Romains sont romains par le plus lisible des signes, le cheveu sur le front."

"Les Romains au cinéma", in Mythologies, Roland Barthe

  • billets/cinema_le_navet_en_vogue.txt
  • Dernière modification: 2019/02/15 05:58
  • par radeff